Attelle poignet : tout ce qu'il faut savoir

Les attelles de poignet jouent un rôle essentiel dans la prise en charge des traumatismes de l'avant-bras et du poignet. Elles soulagent la douleur en réduisant la tension et en limitant les mouvements du poignet. Il en existe plusieurs, et chacun joue un rôle spécifique. Découvrez dans cet article tout à propos des attelles poignets.

Attelle poignet : qu’est-ce que c’est ?

Une attelle est un dispositif médical qui maintient un membre ou une articulation immobile. Elle est principalement utilisée lors d'une blessure ou d'un traumatisme présumé (choc, coup ou chute). Pour plus d'informations, rendez-vous sur https://www.direct-anciens.fr/attelle-poignet/

En cas de rhumatismes, elle peut être portée pour immobiliser l'articulation après un diagnostic médical. Il n'y a pas d'instructions fixes pour le port d'une attelle de poignet. Par conséquent, il est conçu pour réduire ou éliminer les effets de l'inflammation ou des traumatismes.

Attelle poignet : pourquoi la porter ?

Le port d'une attelle de poignet présente plusieurs avantages. En fait, elle vous permet de garder confortablement votre poignet au chaud et en sécurité. Elle peut réduire la douleur, l'engourdissement et vous donner du repos. Par ailleurs, elle immobilise et limite les mouvements au niveau des articulations, favorisant ainsi une guérison rapide. 

Les athlètes peuvent l'utiliser, car il protège le poignet pendant les activités. Elle est également utilisée par les joueurs de tennis, de badminton et de hockey. Facilement disponibles, les attelles de poignet sont peu coûteuses et économiques.

Attelle poignet : quand la porter ?

Les attelles de poignet sont conçues pour immobiliser l'articulation et la forcer à se reposer. L'avantage est que le poignet guérit plus vite. Elle est utilisée après la sortie d'immobilisation ou de récupération post-opératoire. Mais, il existe d'autres situations où elle peut être utilisé. 

Ce sont des cas de traumatismes de différentes sources. Les tendinites, les entorses, les luxations, l'arthrose, les fractures et le syndrome du canal carpien en sont quelques exemples. Cependant, les appareils orthodontiques ne remplacent pas un programme de réadaptation.